Programme Spatiale Soviétique

Les faits marquants du programme spatial soviétique

de lecture - mots

Même si aujourd’hui encore les Russes prennent une part active dans le secteur de la conquête spatiale, le programme spatial soviétique avait dominé l’espace au cours des années 1960.

Dans cet article vous découvrirez quelques faits marquants ainsi que des dates clés du programme spatial de l'Union soviétique.

Contrairement à la NASA qui était une agence spatiale centralisée, le programme spatial soviétique fait référence aux structures et aux différentes activités de recherches spatiales menées par l'URSS au cours des années 1950-1990.

1. Sergueï Korolev, Le père du programme spatial soviétique

Sergueï Korolev est considéré comme le père du premier programme spatial soviétique qu’il mit sur pied le 31 juillet 1956.

Sergueï Korolev est né en 1907 dans ce qui était alors l’empire de Russie. Au début des années 1930, après avoir suivi des études d’ingénieurs, il intègra une entreprise de fabrication d’avion.

En 1938, comme beaucoup d’autres cadres du pays, il est arrêté et envoyé dans un camp d’internement lors des grandes purges staliniennes. Les arrestations avaient été le fruit de la paranoïa du dirigeant de l’époque, Joseph Staline, qui croyait imaginer une conspiration visant à l'éliminer. Il soupçonnait particulièrement les les hauts fonctionnaires civiles et militaires.

En 1945, après avoir été relâché, il travailla pour le compte du programme soviétique de fabrication de missiles. Staline, le chef suprême de l'Union soviétique, voulait développer la capacité du pays à produire des missiles de longues portées comme les missiles V2 allemands qui avait terrorisé Londres au cours de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

Pour cela, Sergei Korolev est envoyé en Allemagne pour obtenir les secrets technologiques développés par les nazis au cours de la guerre.

Les premiers modèles développés par l’Union soviétique ressemblaient en tout point aux missiles V2 allemand.

Jusqu’au milieu des années 1950, les activités du bureau de Korolev seront exclusivement consacrées aux développements de missiles balistiques de longues portées et intercontinentaux.

La guerre froide entre les États-Unis et l'URSS, et le développement de la bombe atomique de part et d’autre rendaient impératif l’objectif de pouvoir compter sur des missiles capables d' atteindre l'adversaire jusqu’au cœur de son territoire.

2. La création du programme spatial soviétique

Vers la fin des années 1950, le développement de missiles soviétiques de plus en plus puissants rendait de plus en plus envisageable l'idée d'envoyer des missiles dans l’espace.

C'est dans ce contexte de guerre froide et de compétition avec les américains que les soviétique vont concevoir la puissante fusée R-7. À l'origine, cette fusée était un missile destiné à transporter de puissante bombes atomiques.

Grâce à cette fusée, Korolev va réussir à convaincre les dirigeants soviétiques de la possibilité et de l'utilité d'envoyer des engins dans l'espace. 

3. Le premier satellite dans l’espace

Les premiers succès arrivent très rapidement. Le 4 octobre 1957, Korolev et ses équipes réussissent à mettre en orbite le premier satellite de l’histoire, Sputnik-1, à l'aide d'une fusée R-7, battant ainsi les Américains dans ce qui allait devenir les débuts de la course vers l'espace. Cette course allait occuper les deux superpuissances pendant plusieurs décennies.

4. Le premier être vivant dans l’espace

Après le succès retentissant de Spoutnik 1, le gouvernement soviétique demanda à Korolev de préparer une nouvelle mission tout aussi triomphale.

Nikita Krutchev, alors dirigeant de l’Union soviétique, demanda à Korolev et sa ses équipes de préparer un nouveau lancement, cette fois-ci pour célébrer le 40e anniversaire de la Révolution d’octobre de 1917. C’est au cours de cette révolte populaire que les Russes s’étaient révoltés contre la famille royale russe avant d’établir le régime communiste.

Le gouvernement soviétique voulait ainsi célébrer le triomphe du communisme en envoyant cette fois-ci le premier être vivant dans l’espace.

Le lancement était prévu pour le 3 novembre 1957, soit à peine 1 mois après le succès de Spoutnik 1!

Les responsables du programme ont choisi d’envoyer une chienne dans l’espace. L’animal, nommé Laïka devait prendre place à bord du module Spoutnik 2.

Le lancement de Spoutnik 2 est un succès. Mais malgré les précautions, des défaillances techniques au niveau des systèmes de régulations de température ont entrainé la mort prématurée de Laika qui est morte de chaleur.

Malgré tout, pour les responsables et le gouvernement soviétique, la mission est un succès. Spoutnik 2 a prouvé hors de tout doute qu’un être vivant était en mesure de survire au lancement et à la mise en orbite d’une fusée.

5. Les premières sondes lunaires

Grâce aux succès des missions Spoutnik 1 et 2, tous les rêves spatiaux deviennent envisageables et très vite, les regards vont se tourner vers la Lune.

À partir de la fin des années 1950, les Soviétiques vont mettre au point le programme d’exploration lunaire Luna (1959-1976)

Les premières étapes débutent modestement. Les premiers vols vers la Lune consistaient à faire s’écraser des satellites sur la surface de la Lune.

Ces premières missions visaient essentiellement à tester la capacité des fusées à transporter des charges à destination de la Lune.

Pour ce faire, Korolev devait améliorer la puissance de ses fusées. Pour y arriver, il décida d'ajouter un troisième étage à la fusée R-7 Semiorka.

L’année 1958, année prévue pour débuter les lancements vers la Lune se conclue par une succession d’échec. La course vers l’espace, désormais bien entamée entre les États-Unis et l’URSS, commence par des échecs de part et d’autre.

Les lanceurs américains et soviétiques sont victimes de défaillances techniques qui occasionnent la désintégration en vol de leurs fusées.

Ce n’est que le 2 janvier 1959 que les Soviétiques parviennent enfin à envoyer une sonde vers la Lune.

Néanmoins la mission n’est pas totalement un succès. Alors que la mission consistait à faire écraser une sonde sur la Lune, la sonde Luna-1 rate sa trajectoire et passe à près de 6000km de la surface de la Lune. Elle se retrouve alors en orbite autour du Soleil.

Malgré tout, les Soviétiques réussissent l’exploit de devenir la première puissance à extraire un vaisseau à l’orbite terrestre.

Le 12 septembre 1959, une nouvelle tentative d’envoyer une sonde sur la Lune se conclue, cette fois-ci, par un succès complet.

La sonde Luna-2 devient le premier engin fabriqué par l’homme à se poser sur la surface de la Lune.

Poster Fusée Soyouz

6. La centralisation du programme spatial soviétique

Contrairement aux Américains qui avaient mis sur pied la NASA dès 1958, les Soviétiques ne disposaient toujours pas d’une organisation dédiée à l’aéronautique et l’exploration spatiale.

C’est en 1965 que le nouveau premier secrétaire du parti communiste, Leonid Brejnev, décide de créer le Ministère des constructions mécaniques. Même si ce dernier ne gère pas l’exploration spatiale, il chapeaute et coordonne les différentes organisations qui collaborent toutes ensemble aux différents projets spatiaux de l’URSS.

7. Les premiers êtres vivants à aller dans l’espace et revenir sur Terre

Après le succès de Spoutnik 2, la mission qui a envoyé dans l’espace la chienne Laïka, les Soviétiques décident de retenter le coup. Mais contrairement à la dernière tentative, les ingénieurs soviétiques souhaitaient envoyer des animaux dans l’espace et les faire revenir sur Terre en vie.

Cette mission avait deux objectifs. Le premier permettrait de faire gagner à l’Union soviétique du prestige supplémentaire et le second à tester la viabilité de missions spatiales habitées et sécuritaires.

Le lancement de la mission Spoutnik 5 est effectué le 19 aout 1960. À son bord, les Soviétiques envoi une variété d’animaux et de plantes. Au total, 40 souris, 2 chiennes, 2 rats, 1 lapin ainsi que des mouches et des plantes sont embarqués à bord du tout nouveau vaisseau spatial Vostok. (Le vaisseau Vostok est le fruit du travail de développement d’un vaisseau capable de transporter et ramener des êtres humains.)

Le vaisseau effectue 4 orbites de la Terre, atteignant une altitude maximale d’environ 324km.

Au bout d’une journée dans l’espace, le vaisseau entame sa rentrée dans l’atmosphère. Contrairement, à Spoutnik 2 qui n’avait pas été en mesure de ramener la chienne Laïka vivante, aucune défaillance des systèmes de régulation de température n’est venue atténuer le succès de la mission.

Tous les animaux à bord du vaisseau ont pu être récupérés vivants.

Le succès de cette mission a préparé le terrain pour l’envoi du premier humain dans l’espace.

8. Le premier homme dans l’espace

Les récentes avancées dans le domaine de la conquête spatiale, qui commençaient à porter leurs fruits, permettaient à Sergei Korolev et ses équipes de mettre en place les bases de la mission Vostok 1.

Cette mission allait devenir la première mission spatiale de l’histoire à envoyer un être humain dans l’espace.

Dès le mois de juin 1959, le programme spatial soviétique commence à rechercher des candidats pour cette mission unique.

Pour participer à cette mission historique, les dossiers de pas moins de 3000 candidats sont examinés. 200 seulement sont sélectionnés pour passer à la deuxième phase de sélection. Six mois plus tard, il ne reste plus que 20 candidats, parmi lesquels figure le jeune pilote Youri Gagarine.

Lors des phases d’exercices tant théoriques que physiques Gagarine se distinguent des nombreux candidats.

Au terme des nombreuses phases de sélection, seuls Gagarine et le cosmonaute Guerman Titov font partie des candidats sélectionnés pour participer à la mission.

Au début du mois d’avril 1961, une semaine seulement avant la date du lancement, Youri Gagarine apprend par ses supérieurs qu’il a été sélectionné par la commission de sélection pour devenir le premier homme à voler dans l’espace.

Deux vols effectués en mars 1961 ont permis d’envoyer dans l’espace une capsule Vostok comprenant un mannequin et un chien.

Le 12 avril 1961, Youri Gagarine prend place à bord de la fusée Vostok. Le décollage s’est déroulé sans problème. Pour des raisons de sécurité, le vaisseau était sous contrôle automatique.

Après avoir effectué le tour de la Terre, le vaisseau à bord duquel prenait place Gagarine a entamé sa descente comme prévu par la procédure.

Gagarine a touché Terre après s’être éjecté hors de la capsule quelques secondes avant l’impact.

Ce succès a donné à l’URSS une renommée internationale. L’Union soviétique venait de remporter une nouvelle manche dans la course de l’espace entre l’URSS et les États-Unis.

9. La première femme dans l’espace

Les femmes astronautes ont joué un rôle tardif dans l’histoire de l’exploration spatiale. Néanmoins, l’URSS, afin de prouver la supériorité de son régime communiste et égalitariste n’a pas attendu longtemps avant d’envoyer une femme dans l’espace.

Le 16 juin 1963, à peine deux ans après le vol réussi de Youri Gagarine, Valentina Terechkova est envoyée avec succès dans l’espace.

Après être revenue sur Terre, elle devient une véritable héroïne de l'Union soviétique.

10. Le premier rover de l’histoire à fouler le sol d’un autre corps céleste

Lunokhod 1 est une mission qui s’inscrit dans la continuité de plusieurs missions lunaires qui l’ont précédées.

Au cours des années précédent le lancement du rover Lunokhod 1, des sondes ont été envoyées en orbite autour de la Lune et sur la surface de la Lune. Une sonde des nombreuses sondes envoyées, Luna 16, est même parvenue à renvoyer des échantillons lunaires vers la Terre.

Lunokhod 1 a décollé de la Terre le 10 novembre 1970. Cinq jours plus tard, le 15 novembre, la capsule transportant le rover a réussi son alunissage sur la surface de la Lune.

La particularité de cette mission résidait dans le fait que Lunokhod était le premier rover téléguidé depuis la Terre.

Équipé de plusieurs instruments scientifiques, sa mission qui dura 8 mois fut consacrés à étudier la composition du sol lunaire, les rayons cosmiques ainsi que d’autres phénomènes naturels.

11. Venera 7, le premier objet humain à atterrir sur une autre planète

Le 17 aout 1970, les soviétiques ont lancé la sonde Venera 7 en direction de la planète Vénus.

Le 15 décembre 1970, la sonde est parvenue avec succès à atterrir sur la planète voisine de la Terre.

Ce n’était pas la première fois que les Soviétiques envoyaient une sonde vers Vénus. Déjà, en mars 1966, la sonde soviétique Venera 3 avait atteint la surface de Vénus, mais s’y était écrasée sans avoir pu retransmettre de données vers la Terre.

Parmi les informations retransmise vers la Terre la sonde Venera 7 révéla que la température sur la planète Venus avoisinait les 475 degrés Celsisus ainsi que la composition de l’atmosphère.

12. La première station spatiale de l’histoire

C’est aux Russes que l’on doit la fabrication et la mise en orbite de la première station spatiale de l’histoire.

Aujourd’hui, nous sommes tous familiers avec la Station spatiale internationale (ISS). Ce que le public sait moins c’est que l’Union soviétique a inauguré la première station spatiale habité et cela dès 1971.

Bien évidemment, cette première station n’avait pas l’envergure de l’ISS actuelle. Cependant, le programme spatial soviétique avait néanmoins été en mesure de concevoir une station habitable en orbite autour de la Terre.

La station spatiale russe a été baptisée Saliout (« Salut » en français) et était composée d’un seul module auquel pouvait s’arrimer les vaisseaux de ravitaillement Soyouz.

La courte histoire de cette station spatiale a été ponctuée d’accidents et d’anomalies plutôt graves. Au mois d’avril 1971, l’équipage de la mission Soyouz 10 qui devait être le premier équipage à prendre place à bord de la station spatiale est contraint de revenir sur Terre après avoir échoué à ouvrir l’écoutille de leur vaisseau. Ils ont dû désamarrer leur vaisseau et redescendre sur Terre sans avoir pu pénétrer dans la station spatiale.

Quelques mois plus tard, le 6 juin 1971, l’équipage de la mission Soyouz 11 parvient cette fois-ci à pénétrer à bord de la station Saliout. Néanmoins, pendant leur séjour, un incident électrique est déclenché, semant la panique à bord de la station.

Pour des raisons de sécurité évidentes, ils sont autorisés à écourter leur séjour et à rentrer sur Terre. Malheureusement, des anomalies surviennent au moment de la rentrée et la pression chute drastiquement à bord de la capsule, provoquant la perte de conscience des trois cosmonautes et leur mort.

Depuis cet incident, les ingénieurs du programme spatial soviétique ont mis au point des combinaisons pressurisées à porter au moment du décollage ainsi que de la rentrée atmosphérique.

En 1972, la station Saliout sera intentionnellement détruite lors d’une rentrée dans l’atmosphère. Elle n’aura servi qu’une seule fois.

13. Le premier vaisseau à atteindre la surface de Mars

Les Soviétiques ont été les premiers à parvenir à toucher le sol de Mars. Au cours des missions Mars-2 et Mars-3, des engins sont envoyés vers Mars afin d’étudier la planète Mars.

Mars-2 est une mission spatiale lancée le 19 mai 1971. La sonde Mars-2 atteint l’orbite de mars le 27 novembre 1971. Mais, au moment d’entamer la rentrée dans l’atmosphère, les systèmes de contrôle connurent des défaillances. La sonde plongea donc directement sur la surface de Mars et s’écrasa sans avoir pu entamer une descente en douceur.

Malgré cet échec, les Soviétiques avaient prévu une assurance. En prévision d’une anomalie possible, les Russes avaient envoyé une seconde sonde vers Mars lancée le 28 mai 1971, soit moins de 10 jours après Mars-2.

Contrairement à Mars-2, la sonde Mars-3 parvient à se poser en douceur sur la surface de la planète rouge le 2 décembre 1971.

Malheureusement, à peine quelques secondes après le début de sa mission, la sonde connait une panne générale qui la met hors d’état de fonctionner.

Voilà qui conclut cet article sur les faits marquants du programme spatial soviétique. Bien sûr, les exploits russes dans le domaine spatial ne se limitent pas à cette liste. Néanmoins, nous avons voulu produire une liste des exploits et des avancées majeures réalisées par les Soviétiques dans le cadre de la course spatiale qui les opposait aux États-Unis d’Amérique.

14. Apollo-Soyouz : La première coopération spatiale entre l’URSS et les USA

Après des décennies de rivalités, l’URSS et les USA ont entamé, à partir des années 1970, des programmes de collaboration sur le plan civil et scientifique.

L’un de ces rapprochements s’est traduit par la mission Apollo-Soyouz, la première rencontre spatiale entre les deux puissances.

En 1973, en pleine Guerre froide, les États-Unis et l'Union soviétique ont décidé de mettre sur pieds une mission spatiale conjointe qu'ils ont nommée Apollo-Soyouz.

Écusson NASA

Pendant deux ans, des astronautes américains et russes vont s'entrainer afin de réaliser la première mission spatiale commune de l'histoire.

Le 15 juillet 1975, les fusées russe et américaine décollent chacune depuis leurs bases de lancement habituelles, situées à Cap Canaveral et Baïkonour.

Le 17 juillet 1975, les capsules Soyouz et Apollo vont s'arrimer. Les astronautes vont entamer la première rencontre spatiale entre des équipages russes et américains.

Pendant 24h, les deux équipages vont effectuer des expériences scientifiques conjointes avant de se séparer et regagner la Terre.

Encore aujourd'hui, cet événement reste un des plus grands témoignages des liens pacifiques que peuvent engendrer les missions scientifiques. Cette mission a été le point de départ de la collaboration future entre les agences spatiales, qui permettra, plusieurs décennies plus tard, la construction de la station spatiale internationale.

En 1991, lorsque l’Union soviétique s’est effondrée, la Russie a mis en place l’agence spatiale Roscosmos.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.